Fort-Boyard.fr
Retour à l'accueil image

Histoire du Fort

Les Brûlots de l'Île d'Aix

Le premier Avril 1809, la flotte anglaise lance une offensive sur le chantier du Fort Boyard. Ce sont les ouvriers du chantier qui sont la cible de cette attaque anglaise. L'emplacement du futur Fort Boyard est encore et toujours une faille dans le système défensif de l'arsenal de Rochefort.

Entre le 11 et 15 avril 1809, l'île d'Aix va vivre un des épisode les plus sordides de son histoire : Les Brûlots.

Le 11 Avril 1809, les Anglais vont lancer une attaque contre les côtes françaises. Ainsi, plus de 70 navires seront déployés par les Anglais. Ces derniers vont utiliser une des techniques de guerre les plus destructrices : l'usage de navires brûlots. Il s'agit de navires que l'on remplit d'explosifs et que l'on va envoyer sur le camp ennemi. Bien entendu, il n'y a pas d'équipage dans ces navires. Le but, c'est de créer le plus de dégâts dans la flotte adverse.

La bataille durera 4 jours et au final, ce sont les anglais qui s'imposeront.

Le chantier du Fort Boyard se retrouve définitivement suspendu. Aucun ouvrier n'interviendra sur l'enrochement durant les 27 années qui suivent. Il n'empêche que l'arsenal de Rochefort n'est toujours pas défendu comme il se doit.

En plus du passage au niveau de la longe de boyard, l'affaire des brûlots a mis en exergue un autre point faible dans le rideau de défense de l'arsenal. Celui-ci se trouve entre l'île d'Aix et la presqu'île de Fouras.

Pour pallier à ce manque, on décide d'y édifier un fort : le Fort Enet. Les difficultés techniques de sa construction étaient beaucoup moins importantes. Les dimensions du Fort Enet étaient beaucoup raisonnables, mais surtout, le Fort Enet sera construit sur un rocher (le rocher d'Enet), ce qui permet d'avoir une assise solide !

Pendant tout ce temps, la construction du futur Fort Boyard n'avance pas. Mais cette pause d'une trentaine d'années s'est avérée bénéfique à plus d'un titre. Tout d'abord, la situation politique entre la France et l'Angleterre s'est apaisée. Certes, elle s'est apaisée, mais la construction du Fort Boyard pour défendre Rocherfort reste clairement une des priorités.

Du point de vue technique, là encore, la pause de 30 ans a été bénéfique. Et pour cause, les techniques de construction ont progressé, en particulier l'élaboration de nouveaux mortiers.

Enfin, durant ces 30 ans de pause, l'enrochement artificiel a continué de s'affaiser sous son propre poids. L'avantage, c'est que la longe de Boyard en est devenue que plus stable.

Une fois encore, le projet du Fort Boyard va ainsi être remanié. En 1843 que les travaux reprennent de façon intense.

Les ouvriers du chantier sont divisés en deux équipes : une sur le chantier su futur Fort Boyard, une autre sur l'île d'Oléron à Boyardville. Les ouvriers présents sur l'enrochement de Boyard travaillent en fonction des marées. Leur rôle est de construire l'assise du futur Fort Boyard. Sur l'île d'Oléron, les ouvriers fabriquent des mortiers qui seront acheminés jusqu'au fort.

La construction du soubassement du fort se terminera deux ans plus tard en 1845.

Le saviez-vous ?

Un second fort, a failli voir le jour au large de l'île d'Aix. Ce dernier aurait été baptisé Fort Joinville. Ce projet d'un fort voisin du Fort Boyard a finalement été abandonné. Il aurait pris place au Sud du Fort Boyard.

< Page précédente Page suivante >

Commentaires

Copyright © 2006-2019, Fort-Boyard.fr, Tous droits réservés.
Reproduction partielle ou totale interdite.