Fort-Boyard.fr
Retour à l'accueil image

Histoire du Fort

Un fort à l'abandon

Le 22 juin 1872, le Fort abandonne son rôle de prison et revient à la charge de la Marine Française. Une poignée d'hommes occupera en permanence le fort. Un certain nombre d'aménagements seront opérés sur le Fort Boyard. Tout d'abord, une connexion télégraphique sous-marine sera mise en place. Un marégraphe sera installé sur le fort. Le système de bandes d'enregistrements était installé dans la cellule 118 du fort. Le système de flotteurs permettant d'observer les fluctuations de la mer était installé dans l'un des quai du havre de débarquement. Un câble reliait les deux. Il sortait par la fenêtre de la cellule 118 et courait sur la paroi extérieure du fort. Une marque oblique est visible au niveau de la fenêtre 118, il s'agit d'un sillon scuplté par les frictions du câble sur les murs du fort.

Enfin, des torpilles de défense avaient été installées sur le fort.

Mais progressivement, de moins en moins de budget sera accordé à l'entretien du Fort Boyard. Ainsi, en 1913, l'armée le déclasse, et l'abandonne.

Il sera par la suite laissé à l'abandon, les pillards viendront y faire leurs choux gras. Ils récupèreront principalement les huisseries. Les pièces d'artilleries encore présentes sur le fort (ainsi que les rails sur lesquels reposaient les affuts de canons) seront détachés par un ferrailleur à l'aide de dynamite !

Durant la 2ème guerre mondiale, le fort ne sera pas épargné. Les allemands s'en serviront de cible lors d'exercices. Ils laisseront de nombreux impacts sur les murs du fort (en particulier la façade Est et la tourelle de vigie.

Mais, un fort, au milieu de l'océan, sans réel entretien, ça s'abîme. C'est principalement l'extérieur du fort qui subira le plus les assauts du temps. Le brise lames et le havre de débarquement en feront les frais et finiront par disparaître. L'intérieur du fort sera relativement bien conservé par le temps. Ce sont principalement les corniches qui seront les plus touchées. Les escaliers en bois du fort vont miraculeusement rester intacts grâce à la fiente de mouettes qui sera une gangue de protection.

Ainsi, en octobre 1961, le ministère des armées souhaite se débarrasser du fort et le met en vente au prix de 7500 Francs. C'est le 28 mai 1962 qu'a lieu la vente à Rochefort. Deux acquéreurs potentiels se présentent. D'une part l'association "Les Amis du Fort Boyard", d'autre part un dentiste belge Eric Aerts. C'est ce dernier qui remportera la vente et achètera le Fort Boyard pour la somme de 28000 Francs.

Eric Aerts racontera par la suite n'est allé sur le fort que "quatre ou cinq fois en 25 ans". Eric Aerts a subi le problème récurrent de l'histoire du Fort Boyard : son accès difficile : "J'avais acheté un Zodiac pour y aller, et je suis même tombé en panne d'essence une fois ! J'ai été obligé d'accoster à une poudrière en évitant les parcs à huîtres... Une autre fois, j'ai dû attendre quinze jours avant de pouvoir me rendre sur le fort depuis la côte. Et j'ai pu y camper deux ou trois jours avec mes enfants au mois d'août." (propos recueillis par Charline Vanhoenacker en 2006).

Certains habitants des îles d'Aix et d'Oléron se risqueront à passer des journées au Fort Boyard. En 1966, des caméras s'installeront pour le premières fois au sein du Fort Boyard. En effet, le Fort Boyard sert de décor pour la scène finale du film "Les Aventuriers" réalisé par Robert Enrico. Le film se termine sur un important plan séquence servant de fond au générique de fin. On notera également qu'Alain Delon trouve la mort sur la terrasse du fort à la fin de se film, sous les yeux d'un Lino Ventura relativement impuissant devant une telle situation.

Le saviez-vous ?

En 1909, un pêcheur de Brouage a rédigé un courrier au directeur des travaux hydroliques de Rochefort dans lequel il demande une autorisation de pêcher des moules aux abords du Fort Boyard "pour contribuer au bien être de sa famille". Quelques semaines plus tard, il recevra une réponse lui interdisant d'extraire des moules fixées aux maçonneries du Fort Boyard, car ces dernières permettent de maintenir l'édifice !

< Page précédente Page suivante >

Commentaires

Copyright © 2006-2019, Fort-Boyard.fr, Tous droits réservés.
Reproduction partielle ou totale interdite.