Fort-Boyard.fr
Retour à l'accueil image

Interview de Cyril Féraud

Interview réalisé par Charlotte David le 11/07/2013


Fort-Boyard.fr : Bonjour Cyril. Vous participez cette année à Fort Boyard pour la 3ème année consécutive (Cyril a participé dans l’équipe Spéciale animateurs en 2011 et dans l’équipe Anne-Gaëlle Riccio en 2012 ndlr). Cette nouvelle participation à Fort Boyard fût-elle la meilleure pour vous ?

Cyril Féraud : Oui, vraiment, c’est ce que j’ai dit sur Twitter dès la fin du tournage. J’avais pris beaucoup de plaisir déjà lors de mes précédentes participations mais cette émission est vraiment la plus sympa et la plus drôle surtout ! J’ai adoré les épreuves auxquelles j’ai été confronté cette année, l’ambiance (très énergique vous verrez) dans l’équipe et surtout nous étions tous très soudés… Un vrai kiffe !

F-B.fr : S’habitue-t-on vraiment un jour au Fort et les mystères qu’il renferme au bout de 3 ans de participation en tant que candidat et après de nombreuses années en tant qu’assistant sur le Fort ? (Cyril fût en effet assistant pendant de nombreuses années sur le Fort ndlr).

C.F. : Vous plaisantez, jamais ! C’est toujours très émouvant de retourner sur le Fort, où j’ai débuté comme assistant il y a 10 ans et retrouver l’équipe de production qui n’a presque pas changé depuis. Sur Fort Boyard je suis candidat et fan à la fois, c’est ce qui est magique. Quant à ma participation en tant que candidat : la production sait que je connais les cellules par cœur alors on m’envoie faire les nouveautés pour me déstabiliser. Ils sont malins, vous savez ;-)

F-B.fr :  Que pensez-vous du devenir de l’émission ?

C.F. : Fort Boyard est un programme que l’on aime regarder en famille. Il faut continuer à surprendre les téléspectateurs d’année en année. La modernisation de l’émission ces trois dernières saisons, avec les portes customisées sur chaque épreuve et le relookage des épreuves, est vraiment réussi. Je pense qu’il faut continuer sur cette lancée, sans aller trop loin. C’est à dire en conservant toujours l’esprit « Boyardesque » que l’on aime tant.

F-B.fr : Avant de participer cette année, aviez-vous une appréhension quant à une épreuve ou une aventure spécifique ?

C.F. : J’ai la phobie des serpents. Vraiment. J’étais tétanisé l’an dernier dans la cellule qui rétrécit en me retrouvant face à deux boas constricteurs de 5 mètres. J’avais peur de recroiser la route des reptiles, mais en allant sur le Fort on sait qu’on va en baver. C’est aussi pour ça qu’on aime se lancer dans l’aventure.

F-B.fr : En 2011 et 2012 vous vous êtes frotté à la charmante Luciole. Cette année, sans trop en dévoiler, nous avons pu vous voir aux prises avec Lady Boo et Mister Boo en bien mauvaise posture. Vous attendiez-vous à affronter une telle épreuve et pouvez-vous nous confirmer que cette épreuve est loin d’être facile ?

C.F. : Ca fait 20 ans que j’avais envie d’aller dans la boue. Pour moi c’est l’épreuve numéro 1 du Fort ! J’étais vraiment heureux d’être choisi et surtout d’être le premier homme à y mettre les pieds… et le reste ;-) Vous allez voir qu’avec Aïda, ma camarade de lutte, c’était un combat plein de fous rires.

F-B.fr : Malgré votre 3ème venue sur le Fort, l’épreuve du Bizutage vous a été attribué ainsi qu’à Danièle Evenou, une de vos coéquipières. Quelle place est la plus enviable selon vous ? Celle de Danièle ou celle de porteur ?

C.F. : Celle de Danièle ! Il suffit de reculer la tête pour éviter ce qui tombe. Entre la farine, le sirop de menthe, de grenadine, le chocolat en poudre, l’eau et de le café, vous verrez qu’en sortant j’étais transformé en gâteau géant avec des cheveux en plastique !

F-B.fr : Retenteriez-vous cette épreuve si on vous le propose ?

C.F. : Bien sur ! C’était très drôle.

F-B.fr : L’aventure du Manoir que vous avez dû affronter est-elle si déstabilisante qu’il n’y paraît ?

C.F. : Pire. Imaginez-vous évoluer dans une pièce plongée dans l’obscurité, avec une musique angoissante, des squelettes qui vous sautent dessus, des tiroirs qui s’ouvrent et se ferment tous seuls, des serpents, des explosions… Bref, tout ce qu’il faut pour être détendu ;-)

F-B.fr : Même question que pour le Bizutage. Retenteriez-vous cette aventure si on vous la propose ?

C.F. : Oui mais je serai tout aussi trouillard ! Je mets au défi quiconque de faire cette épreuve sans crier ;-)

F-B.fr : Delphine Wespiser incarne la Juge Blanche et Willy Rovelli incarne le rôle d’un Cuisinier pour le moins haut en couleurs. De votre côté, incarner un personnage du Fort vous tenterait ? Si oui ce personnage est-il déjà présent sur le Fort ?

C.F. : Bonne question. Je n’y avais jamais pensé.

F-B.fr : Et animer Fort Boyard pourrait vous tenter ?

C.F. : Je connais bien le Fort, je pourrai donc guider les candidats sans trop de difficultés je pense. Olivier Minne est un ami et l’une de mes plus belles rencontres dans ce métier, j’espère qu’il restera encore longtemps à ce rôle car il le fait très bien… Mais si d’aventure, il souhaitait arrêter, vous dire que je n’en aurai pas envie serait mentir ;-)

F-B.fr : L’année dernière, vous avez échoué à l’énigme posée par le Père Fouras, peut-on espérer que cette année vous avez pu prendre votre revanche ?

C.F. : Disons que je l’ai prise d’une autre façon ma revanche ;-) Le Père Fouras est un vieux complice… Il me connaît bien !

F-B.fr : Avez-vous une voire plusieurs anecdotes à nous dévoiler concernant le tournage de cette émission ?

C.F. : Après l’une des épreuves particulièrement physique je suis sorti au bord de l’évanouissement. Après un passage à l’infirmerie pour retrouver mes esprits – que vous ne verrez pas à l’antenne – j’ai vite retrouvé mes coéquipiers.

F-B.fr : Quel meilleur souvenir gardez-vous du tournage de cette année ?

C.F. : Sincèrement l’ambiance avec mes camarades. Dès le TGV nous enchainions les fous rires avec Aïda et Danièle. La lutte dans la boue restera longtemps gravée aussi dans ma mémoire.

F-B.fr : Un de vos coéquipiers a-t-il réussi à vous surprendre ?

C.F. : Téheuira que j’avais suivi dans « Koh-Lanta ». Ce garçon a une force mentale et une énergie positive qui nous galvanisait. Enfin, Aïda avec qui nous avons fait un duo de frère sœur très complice vous verrez !

F-B.fr : Avez-vous un quelconque regret à formuler quant à ce que vous avez vécu cette année ?

C.F. : Aucun !

F-B.fr : Si l’on vous propose de retenter l’aventure Boyard en 2014 serez-vous partant ?

C.F. : Si vous n’êtes pas lassés de me voir chaque année, avec plaisir.

F-B.fr : Nous ne doutons pas que si votre retour sur le fort s’opère en 2014 vous aimeriez tester quelques épreuves ou aventures en particulier que vous n’avez pas encore eu l’occasion de réaliser. Quelles seraient-elles ?

C.F. : La tête chercheuse. Je pense que je ne serai pas du tout à l’aise… Mais être en difficulté c’est ce qu’on aime sur Fort Boyard.

F-B.fr : A l’inverse quelles épreuves ou aventures aimeriez-vous éviter à tout prix ?

C.F. : La fosse aux serpents. Je ne pourrai pas y entrer, c’est certain.

F-B.fr : Quels sont vos projets à venir ?

C.F. : Partir en vacances après une saison bien remplie :-) Slam est un carton, le jeu continue à la rentrée tous les jours à 17h30 sur France 3.

F-B.fr : Souhaitez-vous rajouter quelque chose pour les internautes qui vous découvriront à l’œuvre le samedi 20 juillet à 20h45 sur France 2 ?

C.F. : Fort Boyard est une émission magique. J’espère, en y participant, représenter d’une certaine façon, tous les fans de l’émission, dont vous faites partie.

 

© 2013 – Fort-Boyard.fr – Tous droits réservés – Reproduction partielle ou intégrale interdite

Commentaires

Informations

Animateur du jeu Slam sur France 3, Cyril Féraud a pour la 3ème année consécutive posé les pieds sur le noble vaisseau de pierre afin de défendre les couleurs de l'association "Coeur de Gazelles" avec son équipe.
Il revient pour nous sur sa 3ème participation afin de nous livrer un avant-goût de son aventure.

Cliquez ici pour accéder à la présentation de l'équipe.

© Photos France Télévisions / Gilles Scarella

Copyright © 2006-2018, Fort-Boyard.fr, Tous droits réservés.
Reproduction partielle ou totale interdite.