Fort-Boyard.fr
Retour à l'accueil image

Scaphandre

1995 à 1996

Scaphandre : Règle du jeu

Un candidat, vétu d'un lourd scaphandre ancien, attend en bas de l'escalier du fort. Hermétiquement fermé, il ne respire que par l'air envoyé par une pompe actionnée par deux de ses équipiers.

Il commence par descendre une échelle pour atteindre le fond de la mer où il trouvera une main courante. Après avoir parcouru quelques mètres il rencontrera une petite clé qu'il devra ramener en faisant le chemin inverse.

Sorti de l'eau, il donne la clé à un de ses équipiers qui peut ouvrir le cadenas condamnant la cartouche-indice.

Cette épreuve est assez contraignante et demande des mesures de sécurité drastiques car le candidat ne peut respirer qu'avec l'air envoyé par la pompe qu'il faut actionner en permanence à un rythme régulier.

Le candidat doit également souvent purger pour vider sa combinaison de l'excès d'air et communique uniquement avec un de ses équipiers par radio.

Épreuve : Scaphandre
label
Joué 5 fois
label
2 Femmes - 3 Hommes

label
1 Échec - 4 Réussites
label
Taux de réussite : 80%

Diffusions

1995

Équipe Guy Legay
Christian Constant Réussite
Équipe Manuel Gélin
Lamine Gueye Réussite
Équipe Alexis Grüss
Stephan Grüss Réussite
Équipe Gilbert Montagné
Gilbert Montagné Échec

1996

Équipe Guy Savoy
Muriel Hermine Réussite

Anecdotes

  • Dans l'émission, on a l'impression que le candidat se dirige vers le large. En réalité, il longe l'escalier extérieur. En fait, le fort est construit sur une risberne (un rocher artificiel) qui permet d'avoir une surface plane tout autour du fort, ce qui est plus praticable en scaphandre !
  • L'esthétique de l'équipement employé présente plusieurs points commun avec celui qu'utilise Tintin dans Le Trésor de Rackham le Rouge : le modèle de la pompe à air, l'allure du casque, la forme du lest, l'absence de gants.
  • Le Père Fouras appelle cette épreuve "le pied lourd". Cette appellation est due au surnom donné au modèle de scaphandre utilisée dans l'aventure, celui de "scaphandriers pieds lourds". En effet le plongeur porte des chaussures lestées pour éviter qu'il remonte à la surface.
  • Il arrive que dans un moment d'égarement, l'équipe oublie de pomper de l'air pour le scaphandrier !
  • Gilbert Montagné a dû abandoner alors qu'il est sur le point de s'enfoncer dans l'eau. Étant aveugle, ses repères habituels se sont troublés. Il l'explique dans l'émission : "...mon audition était complètement compressé, j'entendais plus rien, et moi comme mon monde il est auditif, comme j'entendais rien, c'était une galère totale.". Dans ces conditions, cela aurait pu être dangereux pour le candidat de continuer cette aventure. On remarque que cette décision n'est pas prise par le chanteur mais par les professionnels entourant l'équipe : un homme habillé de bleu intervient pour tout arrêter et pour s'occuper du plongeur. Pour mettre au clair cette situation confuse pour les téléspectateurs, une intervention de Patrice Laffont est jouée pour faire croire que cet arrêt est une décision du Maître du fort.
  • En 1996 lors de la tentative de Muriel Hermine, l'absence de chronomètre dans l'habillage à l'écran pourrait signifier il n'y aurait plus de limite de temps pour réaliser cette aventure.

Emplacement

Photos

Copyright © 2006-2020, Fort-Boyard.fr, Tous droits réservés.
Reproduction partielle ou totale interdite.