hello : https://www.fort-boyard.fr
Fort-Boyard.fr
Retour à l'accueil image

Colin Maillard

1990

Colin Maillard : Règle du jeu

Cette épreuve se passe dans le noir et est reservée aux hommes, et pour cause !

Dans la cellule se trouvent ce qui semble être des mannequins de femmes portant un maillot de bain fluorescent. La clé est cachée dans un des maillots.
Pour la récupérer, le candidat va devoir se livrer à une séance de palpage en fouillant chacun des corps.

Toutefois pour ménager un effet de surprise, les Femmes noires prennent la pose parmi les mannequins et n'hésitent pas à distribuer des baffes aux candidats trop tactiles !

Épreuve : Colin Maillard
label
Joué 4 fois
label
0 Femme - 4 Hommes

label
3 Échecs - 1 Réussite
label
Taux de réussite : 25%

Diffusions

1990

Équipe Dominique Montag.
Dominique Debièvre Échec
Équipe Thierry Gillet
Thierry Gillet Réussite
Équipe Jean-François Th.
Jean-Paul Dubord Échec
Équipe Cédric Biot
Daniel Ruol Échec

Anecdotes

  • Pour faire ressortir les couleurs fluorescentes de l'obscurité, des projecteurs de lumière noire sont accrochés au plafond. Le candidat doit s'équiper avant de commencer l'épreuve d'un bandeau et de serre-poignets fluorescents pour être visible des caméras.
  • Dans la cellule, il y a exactement 4 Femmes noires et 4 mannequins.
  • Cette épreuve fait partie des premiers jeux qui ont leur propre thème musical. En réalité en 1990 cette musique est aussi utilisé pour le Topkapi, une autre épreuve se déroulant dans le noir. Toutefois avec la disparition du Colin maillard l'année suivante, ce thème devient celui associé au Topkapi.
  • Face à la situation gênante imposée par cette épreuve, Dominique Debièvre a une réponse pour le moins étonnante lorsque Patrice Laffont lui demande "Comment ça s'appelle ce que vous faites là ?". Ce dernier lui répond "Du tripotage !".

Emplacement

En 1990

2e étage : Cellule 205
pointer
2e étage : Cellule 205

Photos

Copyright © 2006-2020, Fort-Boyard.fr, Tous droits réservés.
Reproduction partielle ou totale interdite.